*

Pour une expérience optimale, veuillez
utiliser des écouteurs.

Pour profiter de l'histoire, faites défiler les écrans avec la souris ou grâce aux flèches de votre clavier! Pour profiter de l'histoire, faites défiler les écrans en glissant votre doigt sur l'écran

Nous sommes désolés
Cette expérience est optimisée
pour les tablettes

ou les ordinateurs.

Pour une expérience optimale veuillez
changer l'orientation de votre tablette

Fogo

UN POÈME DE ROY DWYER

Habitant Fogo depuis son enfance, Roy Dwyer est un homme aux multiples facettes. Propriétaire d’une auberge sur l’île, maître dans l’art de nettoyer la morue et poète à temps perdu, Roy nous offre ici un poème relatant la vie d’insulaire sur cette île lointaine.

À toutes les fois que je passe près de ce vieux bateau tout déglingué, construit par mon
oncle Mike et son fils Leo, je me récite le verset d’un poème que j’avais écrit pour un de mes livres.

Nous sommes sur les battures, où l’océan rencontre la terre, et voir cette petite épave de
dériveur, perdue entre ces deux mondes, m’émeut toujours un peu.

Car oui, même avec ma barbe et mon air bourru, je suis plein d’émotions.

Depuis le temps où les marées balayaient les marais, les vieilles embarcations pourrissent
sur les rives. Et l’herbe pousse sur le bois nu, où les planches jadis robustes sont rendues irréparables.

Et les années ont passé rapidement, disparu depuis longtemps les jours où les équipes
robustes se réunissaient à l’aube au bout de la jetée.

Navigant avec leurs imperméables et chapeau de pêcheur, équipé pour le mauvais temps et
maniant leur chalut et filets à morue.

Donc, ces lignes me reviennent chaque fois que je vois un vieux bateau, et je réalise un peu plus chaque fois ce que le temps et la négligence peuvent avoir comme effet sur nous.

Et, ces épaves se trouvent partout dans les paysages de Terre-Neuve.

Défiler
49.6690174,-54.1404243
  • SAISONS 7
  • ÉPAVES
    DE BATEAUX 12
  • CARIBOUS 350
  • SENTIERS DE
    RANDONNÉE 14

Désignée par le signe du « feu », l’île Fogo aurait été baptisée par des explorateurs portuguais du 16e siècle. Étant la plus grande île au large de Terre-Neuve-Labrador, elle compte 2395 habitants qui ont un accent coloré leur venant des premiers habitants anglais et irlandais de l’île. Destination prisée par les amateurs d’arts et de culture, l’île Fogo est connue pour ses résidences d’artistes pittoresques.