*

Pour une expérience optimale, veuillez
utiliser des écouteurs.

Pour profiter de l'histoire, faites défiler les écrans avec la souris ou grâce aux flèches de votre clavier! Pour profiter de l'histoire, faites défiler les écrans en glissant votre doigt sur l'écran

Nous sommes désolés
Cette expérience est optimisée
pour les tablettes

ou les ordinateurs.

Pour une expérience optimale veuillez
changer l'orientation de votre tablette

Miquelon



Mon nom est Detcheverry, prénom Bernard.

Je suis né en 1933, donc ça me fait 83 ans.

À Miquelon,
je veux dire, je sais pas comment
c’était dans le temps,
un moment sur les 600 habitants,
y avait 140 Detcheverry.


Je suis marié avec ma femme Huguette quoi…
depuis... on s’est mariés en 58, donc ça fait 58 ans qu’on est mariés, puis nous avons 3 garçons.


Ils sont mariés ici, ils vivent tout près de chez nous, la famille est au complet!

Moi j’ai bâti ma maison et nous y sommes toujours depuis, voilà.

Vous voulez en savoir plus?

Faites défiler les vidéos avec la souris
ou grâce aux flèches de votre clavier!
-->

J’ai quitté l’école à 14 ans, j’ai travaillé 4 ans dans une boulangerie, après j’ai quitté la boulangerie pour faire la pêche.


J’ai fait 9 campagnes de pêche et après j’ai trouvé du travail dans un commerce. J’ai fait 33 ans, alors après c’était 60 ans et puis bah...Ça fait 23 ans que je suis à la retraite.


J’avais déjà vu, étant jeune, des pierres polies et puis je savais pas comment on pouvait faire ça. On a commencé avec ma femme à regarder dans un livre ou quelque part comment on pouvait polir les pierres.


On a commencé tout petit, comme ça, avec des petits tonneaux, puis après elle a dit :
«Mais c’est joli, ça! » si on pouvait les percer et faire des pendentifs avec! Puis elle dit si on avait des plus gros cailloux, les couper puis les façonner.

On a de la chance parce que,
si je vais chercher des pierres
dans un endroit pour récolter
les plus belles pierres...
Avec le temps qui s’est passé,
on peut aller le lendemain,
tout est changé!

À quelque chose malheur est bon!
Vous voulez en savoir plus?

Faites défiler les vidéos avec la souris
ou grâce aux flèches de votre clavier!
-->

Ici, les habitants ont été habitués, disons, à avoir une certaine liberté. C’est en disant que, Miquelon, c’était un peu isolé, dans le temps. Y a une grande différence avec aujourd’hui, parce que l’évolution a beaucoup changé les choses.


Nous, on s’est fréquentés à 16 ans, on avait 16 ans. Mais on a eu, alors là... juste à ce moment-là!

Le soir, on sortait, bien entendu.

Et puis,
y avait pas de lumière alors,
naturellement, c’était facile de se cacher,
quoi!
La lumière est arrivée, ils ont mis l’électricité ici, à Miquelon.
Maudite lumière.

On a été habitués d’être dans le noir parce que y a pas de lumière,
puis après ça, de la lumière partout!

Alors ça, hein... Non, c’était pas…

C’était pas confortable.

Vous voulez en savoir plus?

Faites défiler les vidéos avec la souris
ou grâce aux flèches de votre clavier!
-->

Miquelon, c’est surtout la nature,
c’est beaucoup la nature.

C’est un petit village de 600 habitants. Quand j’étais jeune, on était 620 et, aujourd’hui, c’est encore 620 habitants.


J’aime le printemps où la nature se réveille, j’aime l’été où là on profite, puis là on voit du touriste, beaucoup, de rencontres, des bons moments… puis l’automne où les couleurs changent où…


Euh, l’hiver moins.

Puis les hivers sont longs ici quoi,
ça c’est vrai.

Mais bon c’est pas la peine de chercher un endroit où y a pas d’inconvénients, ça n’existe pas. Si on avait des palmiers, puis du soleil puis des belles plages, au lieu d’être 600 on serait 60 000, pas pareil.


J’ai eu l’occasion de voyager, en France et puis j’ai visité Paris, c’est vrai que Paris c’est une belle ville, tout est chargé d’histoire, mais pour y vivre, non. Non, non!


J’aime mieux,
j’aime mieux mon île.
Vous voulez en savoir plus?

Faites défiler les vidéos avec la souris
ou grâce aux flèches de votre clavier!
-->
46.8711230,-56.3251687
  • Habitants 627
  • Disparus du Ravenel 15
  • Nombre de presqu'îles 3
  • Vol direct avec la métropole 0

Encore plus mystérieuse que l’île Saint-Pierre, Miquelon est particulière de bien des manières. D’abord par sa forme, biscornue et unique avec ses deux presqu’îles reliées par un isthme fin. Ensuite par sa nature, si intacte et sauvage, ce qui est possible en raison de la présence discrète et calme de ses habitants. Enfin par son climat, avec ses grandes journées de brouillard en juin et en juillet, typiques des bancs de brume de Terre-Neuve.